• Guillemette Bourgoing

Mincir n’est pas qu’une affaire de calories


Bien souvent, les personnes qui viennent me consulter pour perdre du poids, connaissent parfaitement les grandes lignes d’une diététique équilibrée et ont déjà tenté de nombreux régimes. Et pour cause, perdre du poids ne se limite pas (surtout pas) à s’affamer en réduisant le nombre de calories ou à peser, calculer, les calories ingérées à chaque repas. Au mieux cette solution marchera quelque temps, au pire elle fera entrer dans une forme d’orthorexie parfaitement contreproductive et invivable dans la durée. Perdre du poids est une démarche globale. La qualité de l’assiette est déterminante, certes, mais retrouver une activité physique adéquate et plaisante l’est tout autant, et, surtout, se reconnecter et apprendre à gérer ses émotions sont fondamentales pour comprendre nos mécanismes inconscients de compensations et de recherche de sécurité.


Ainsi, les effets des tracas de la vie quotidienne ont un fort impact sur nos dérives alimentaires, avec parfois des pulsions alimentaires délétères. A cela s’ajoute une culpabilité quasi quotidienne par l’image que les publicitaires nous renvoient de corps parfaits auxquels nous ne parvenons pas à nous identifier. Pour nous réconforter, la douceur est apportée par des aliments sucrés qui vont, momentanément, donner une sensation d’apaisement. Mais cet effet réconfortant est vite remplacé par une nouvelle culpabilité entraînant un mal-être croissant. Et c’est ainsi que les régimes alimentaires, de plus en plus stricts et déséquilibrés, se répètent, comme leurs échecs, entraînant progressivement une mésestime de soi et un sentiment d’échec personnel.


Peu à peu des troubles des conduites alimentaires s’installent en réponse à un mal-être personnel. Ils peuvent se manifester sous plusieurs formes : l’hyperphagie avec grignotages pathologiques, compulsions alimentaires diurnes ou nocturnes, frénésie alimentaire, boulimie, ou anorexie-boulimie, anorexie mentale, anorexie dépressive, l’orthorexie. Mais elles peuvent être sous forme de phobies alimentaires, « Pica » (manger des matières inertes comme du dentifrice ou du plâtre..), mâcher/cracher….Bref, ces troubles sont multiples, et, certains, nécessitent un accompagnement psychologique, émotionnel médical, corporel et diététique. Pour les autres, il s’agit de trouver des parades à ces dérives réactionnelles sous forme d’activités sportives, techniques de relaxation et une alimentation saine, la moins transformée possible.



Toutes formes d’activités sportives sont bonnes à prendre : se déplacer le plus possible à pieds et marcher d’un bon pas, jardiner, prendre son vélo. C’est autant de gestes qui nous sortent d’une sédentarité certaine. Le sport doit rester un loisir, un plaisir, pour pouvoir perdurer et devenir un rendez-vous régulier. Alors que ce soit en salle, dehors (course à pieds, vélo, sports d’équipe) ou à la maison (vélo d’appartement, rameur, programmes vidéo de coach sportifs), l’important n’est pas la quantité mais la régularité (une à deux heures de sport par semaine suffisent, 30 à 45 minutes de marche par jour sont parfaites pour mobiliser des calories sans s’épuiser). Rien ne sert de se lancer dans un programme d’entrainement intensif dans l’idée de perdre du poids, si c’est pour abandonner aux premiers kilos perdus. C’est autant contre productif que de se lancer dans un régime hyper-protéiné pendant un mois pour retrouver ensuite les même travers. Tout est dans la modération, la régularité et le plaisir de prendre soin de soi pour retrouver l’estime de soi.

Par ailleurs, différentes techniques en psychothérapie permettent de faire prendre conscience du lien qui existe entre nos émotions et nos pulsions alimentaires. Elles permettent, progressivement, de retrouver confiance en soi, mieux gérer ses émotions, et de ne plus avoir à recourir à des compensations alimentaires ou autres compulsions. Ce peut être par le biais de l’hypnose ou l’autohypnose, la sophrologie, les techniques de pleine conscience (voir mon article : https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/la-pleine-conscience-pour-tenir-ses-résolutions ), le yoga ou la cohérence cardiaque (article : https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/la-cohérence-cardiaque ). En gérant nos émotions, en réapprenant à être véritablement à l’écoute de notre corps, nous pouvons finalement lui apporter uniquement ce dont il a besoin, en lui épargnant le superflu et en respectant ses capacités digestives, métaboliques et émonctorielles. Nous pouvons ainsi revenir à cette harmonie qui lui est nécessaire pour bien fonctionner.


Je suis là pour vous apprendre à manger sainement, ou affiner vos connaissances, pour que vous puissiez donner à votre corps les nutriments qui lui sont nécessaires. Je suis là pour vous aider à adopter une meilleure hygiène de vie avec plein de petits conseils qui, rapidement, feront partie de votre quotidien. Je peux vous accompagner pour retrouver une sérénité, un apaisement, en vous transmettant différentes techniques de relaxation. Et je peux aussi vous réorienter vers d’autres thérapeutes qui pourront vous aider à retrouver une meilleure estime de vous-même et calmer vos angoisses existentielles.

Il s’agit de prendre soin de votre corps physique, afin que l’âme qui l’habite puisse s’épanouir pleinement.


Guillemette Bourgoing, Naturopathe et Réflexologue

132 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout