• Guillemette Bourgoing

L’Hericium, un champignon pour régénérer le cerveau


L’Hericium (Hericium erinaceus), surnommé « la crinière de lion » ou l’hydne hérisson », grâce à ses longs filaments blancs qui tombent en cascade, est une plante utilisée dans la phytothérapie chinoise depuis des siècles. Les recherches actuelles relèvent tout particulièrement ses propriétés en matière de régénération des neurones et prévention de leur destruction, et pour, notamment, entretenir la mémoire. C’est un précieux allié des étudiants et de toute personne soucieuse de prolonger ses précieuses capacités mnésiques ! Et comme le lien entre les systèmes nerveux cérébral et entérique n’est plus à démontrer, il a une action régénératrice des muqueuses gastriques et intestinales avec une répercussion sur tous les maux qui peuvent être associés à une porosité intestinale. Bien qu’étant l’un des champignons les plus grands du monde, l’Hericium est une plante rare à l’état sauvage où elle pousse sur des arbres affaiblis, hêtre, chênes, érables ou noyers de préférence. C’est donc de l’Hericium cultivé que l’on utilise le plus souvent en mycothérapie.





L’Hericium contient des dérivés phénoliques, les erinacines et les héricénones, qui synthétisent un facteur de croissance, le Neuronal Growth Factor (NGF), essentiel au développement, au maintien et à la régénérescence des cellules nerveuses, notamment les neurones de l’hippocampe, organe central dans la mémorisation. Riche en minéraux, comme le zinc, le sélénium ou le germanium, on lui dénombre pas moins de 32 substances bioactives différentes qui participent à l’allongement de durée de vie des neurones et donc permettent une amélioration certaine des troubles du système nerveux liés à certaines maladies dégénératives telles que la maladie de Parkinson, la dépression ou la maladie d’Alzheimer. L’Hericium offre ainsi de belles promesses quant à la prévention et à l’accompagnement de cette dernière. En renforçant les gaines de myéline (qui isolent et protègent les fibres nerveuses), c’est un excellent allié pour lutter contres les troubles des fonctions cognitives (mémoire, verbalisation, concentration, troubles de l’apprentissage). Par ailleurs, une étude menée en 2019 sur des souris, a démontré son efficacité sur la prévention de destructions de neurones lors d’une crise d’épilepsie. Ainsi l’Hericium est le champignon idéal pour favoriser la mémoire et régénérer les cellules nerveuses.



Mais si l’Hericium est particulièrement apprécié des naturopathes, c’est également parce que son champ d’action est très large et permet ainsi de jouer sur de nombreux tableaux qui peuvent être interactifs. Cela grâce à sa forte concentration en oligoéléments comme le magnésium, le potassium, le fer, le zinc, le sélénium et le phosphore, en acides-aminés essentiels (il ne manque que la méthionine et le tryptophane), et à sa richesse en fibres, vitamines et polysaccharides. Par exemple, par son action anti-inflammatoire et en favorisant la régénérescence de la muqueuse intestinale, il soulage les personnes atteintes de maladies inflammatoires de l’intestin, dont le syndrome du côlon irritable notamment. Par son action prébiotique, il favorise la croissance de bactéries intestinales bénéfiques, non seulement pour l’intestin, mais également pour notre système immunitaire qui en est largement dépendant. Il régénère également la muqueuse de la peau, du foie (action hépatoprotectrice) et de l’estomac. Et il permettrait ainsi de protéger contre les ulcères de l’estomac en favorisant l’élimination de l’Hélicobacter Pylori, une bactérie responsables de nombreux ulcères gasto-duodénaux. Enfin, la présence de bêta-glucanes, permet de réduire le taux de cholestérol dans le sang en ayant ainsi, de concert avec les antioxydants que contient l’Hericium, une action protectrice contre les risques de maladies cardiovasculaires. L’Hericium est également de plus en plus utilisé en complément de traitements pour certains cancers, en bloquant notamment les cellules tumorales hépatiques et dans certains cancers du sein.


Ainsi l’Hericium offre de nombreuses pistes thérapeutiques qui peuvent être concomitantes, mais son domaine de prédilection reste encore la sphère cérébrale, dans son action protectrice et régénérante des cellules nerveuses et neuronales. Ce sont les raisons pour lesquelles, dans le cadre d’un accompagnement naturopathique qui ciblera également ses conseils sur l’hygiène de vie et l’alimentation, nous pouvons avoir recours à l’Hericium pour des besoins aussi variés qu’une préparation à des examens, des difficultés de concentration ou mémorisation, ou en prévention de maladies neuro-dégénératives si cela s’avère nécessaire. Ayant également une action bénéfique sur le stress, la fatigue et les tensions nerveuses, l’Hericium permet de cibler plusieurs facteurs responsables de troubles de la mémoire. Le naturopathe saura affiner, ou renforcer, son action avec d’autres plantes ou molécules complémentaire si besoin. N’hésitez donc pas à faire appel à lui.


, Guillemette Bourgoing Naturopathe et Réflexologue


Par mesure de précaution, l’emploi chez les femmes enceintes et allaitantes est déconseillé.

De même, l’Hericium synthétisant du NGF, il est déconseillé pour toutes personnes présentant des pathologies où le NGF est élevé, comme le syndrome des ovaires polykystiques, la fibromyalgie ou les cystites interstitielles.

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout