• Guillemette Bourgoing

Le sommeil : si précieux et si fragile !


Nous passons plus d’un tiers de notre vie à dormir. Et pour cause, le sommeil est indispensable pour notre maturation cérébrale, nos capacités cognitives et pour notre croissance. Il intervient aussi dans notre équilibre hormonal et sur la mise au repos déterminante de notre système cardiovasculaire. Par ailleurs, un sommeil non réparateur favorise la prise de poids et l’obésité. Trop de mécanismes se déclenchent durant notre sommeil pour le négliger. De même qu’on ne réveille pas un bébé qui dort, on devrait être plus à l’écoute de nos besoins, notamment pour veiller à la qualité de notre sommeil et au temps que nous passons à dormir. Toutefois, il faut bien s’adapter aux horaires de travail, parfois contraignantes, au rythme des enfants (réveils nocturnes ou trop tôt), à celui de notre conjoint et à l’envie, bien compréhensible, de prolonger une soirée avec des amis, devant un bon film, ou toute autre activité qui nous fait résister aux signaux que nous envoie notre horloge biologique (voir mon article : https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/le-rythme-circadien-le-métronome-de-notre-organisme ). Et pourtant, dormir est le meilleur des remèdes, notre meilleur allié pour soutenir notre organisme dans sa lutte contre le vieillissement et la maladie.


Tout d’abord on dort pour récupérer ! C’est le moment où notre organisme se répare et se détoxifie (très cher aux naturopathes) La température corporelle diminue, ainsi que la fonction cardiaque et donc la consommation d’oxygène du cerveau. Lorsque notre corps n’a plus à gérer la digestion du repas du soir, il peut se consacrer à restaurer les lésions et déséquilibres induits par son environnement, des activités et autres fonctions corporelles. Il peut le faire également lors des phases de repos durant la journée, mais le cerveau ne se régénère que lors des phases d’un sommeil lent et profond. En réduisant l’apport d’oxygène, il réduit mécaniquement l’accumulation de radicaux libres responsables du vieillissement accéléré de nos cellules, et la mélatonine (https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/l-hormone-du-sommeil ) est elle-même un puissant antioxydant. Ainsi le sommeil permet de protéger et régénérer toutes les cellules de notre organisme, et surtout celles du cerveau. Par ailleurs, il participe au processus de mémoire et de créativité, lors des phases du sommeil dit paradoxal (dernier stade du cycle du sommeil, phase de rêves dont on peut se souvenir). Enfin, en réorganisant les connexions cérébrales, le sommeil permet de s’adapter à son environnement, de chercher des solutions que nous n’aurons pas trouvées en étant éveillé.


Par ailleurs, les hormones de croissance (qui stimulent la croissance et la reproduction de nos cellules) sont sécrétées principalement lorsque l’on dort (d’ailleurs, le sommeil permet la restauration des tissus et la réparation des blessures.

Les personnes affectées par un manque de sommeil cicatrisent beaucoup plus difficilement). Il en est de même pour la leptine qui stimule la satiété et participe à la métabolisation des lipides. En revanche, la ghréline est une hormone qui est sécrétée lorsque nous sommes éveillés et qui stimule notre appétit. Un manque de sommeil crée alors un déséquilibre entre la sensation de faim et la satiété, conduisant ainsi à plus manger et donc prendre du poids. Enfin, le cortisol diminue quand on dort. Or le cortisol à une action directe sur la synthèse du glucose, la libération des protéines, la régulation de la pression artérielle et, surtout, sur la gestion du stress. Par ailleurs, le sommeil est indispensable pour notre système immunitaire afin qu’il se régénère.


Pour être récupérateur, le sommeil doit suivre plusieurs cycles successifs, de 90 à 120 minutes chacun environ. Chaque cycle commence par un sommeil léger, de transition, qui peut donner l’impression de plus somnoler que de dormir et qui ne doit durer que quelques minutes. Il s’ensuit un sommeil lent et léger puis profond (la personne peut difficilement être réveillée) et le cycle se termine par le sommeil paradoxal, plus présent en deuxième moitié de nuit. Ces phases peuvent se répéter 6 à 7 fois pendant que l’on dort. Et c’est là que peuvent intervenir les troubles du sommeil : lorsque le temps d’endormissement est trop long (voir semble ne pas venir du tout), les réveils nocturnes se répètent, le réveil est trop tôt, et que la fatigue s’accumule par un manque évident de sommeil.


Il peut arriver à tout le monde de mal dormir de temps en temps : un repas trop copieux ou trop arrosé, une sensibilité accrue à la pleine lune, des soucis, une surexcitation… Les raisons de mal dormir sont pléthore, toutefois, le problème devient majeur lorsque les troubles du sommeil, voir l’insomnie, s’éternisent.





Ainsi, insister sur la quantité, et surtout la qualité du sommeil est une préoccupation majeure pour tout naturopathe. Il rentre ainsi pleinement dans son rôle d’éducateur de santé, en établissant le lien entre l’hygiène de vie, la nutrition et la gestion du stress et des émotions. En proposant des solutions pour améliorer le sommeil, il est dans la prévention de tous les maux qui peuvent découler d’un manque de sommeil chronique.




Guillemette Bourgoing, Naturopathe et Réflexologue


48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout