• Guillemette Bourgoing

L'hormone du sommeil

Dernière mise à jour : 29 août


Voilà une hormone bien connue des hôtesses de l’air et autres grands voyageurs, la mélatonine qui permet de réguler les cycles du sommeil et les rythmes circadiens. Bien plus qu’un simple coup de pouce pour aider au sommeil, la mélatonine possède de nombreuses autres vertus, notamment en tant qu’antioxydant (qui permet de lutter contre le stress oxydatif responsable d’un vieillissement accéléré de nos cellules et de leur destruction), anti-inflammatoire et hypotenseur. Elle régule également notre métabolisme et aussi les hormones sexuelles. Tout un programme ! Mais, bien que vendue depuis quelques années en France sous forme de complément alimentaire et donc en libre accès, elle n’est pas à prendre à la légère car il existe de nombreuses contre-indications. Avant de vous précipiter dessus pour améliorer vos nuits, il faut vraiment que vous demandiez conseil au préalable à votre médecin ou autres thérapeutes formés sur les compléments alimentaires. D’autant plus que les sources de mélatonine dans l’alimentation sont nombreuses et plus facilement absorbables par l’organisme.


La mélatonine, produite par notre organisme, suit la chaîne de fabrication de nos hormones (voir mon article : https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/les-hormones-du-bonheur-nourrissez-les ). Elle commence à être synthétisée au moment où la lumière du jour commence à baisser (pic vers 2-3 heures du matin), à partir de la sérotonine qui, à ce moment, marque un pic dans notre organisme. Ceci est bien observable sur certains animaux, notamment les poules qui rejoignent leur poulailler dès que la lumière décline. La mélatonine est sécrétée en réponse à l’absence de lumière par la glande pinéale, minuscule glande d’environ 8 millimètres qui se situe dans le cerveau et ressemble à une pomme de pin (d’où son nom « pinéale »). Chez l’humain, elle prend du volume jusqu’à l’âge d’un ou deux ans pour se stabiliser ensuite. Elle va augmenter ensuite à partir de la puberté (l’adolescent a un besoin accru de sommeil) puis, souvent, se calcifier progressivement chez l’adulte, avec une baisse associée de la production de mélatonine (d’où, notamment, les problèmes de sommeil qui apparaissent avec l’âge). Pour y palier il convient d’apporter les aliments nécessaires à chaque maillon de la chaîne de production des hormones : dopamine, sérotonine, mélatonine. Pour cette dernière pourquoi ne pas grignoter le soir quelques noix et noisettes riches en mélatonine très biodisponibles. Favorisez le soir des aliments tels que la pomme de terre, le riz, l’avoine, l’orge (pour ceux qui tolèrent le gluten), l’ail ou l’oignon, le maïs, la tomate, ou encore le gingembre, l’ananas et la banane, qui en contiennent.




La mélatonine, en rétablissant favorablement notre rythme circadien (voir mon article : https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/le-rythme-circadien-le-métronome-de-notre-organisme ), régule beaucoup de fonctions dans notre organisme. Elle agit sur notre métabolisme, notamment sur celui des lipides et du stockage des graisses qui est différent entre le jour et la nuit. Mais également sur notre système immunitaire car, durant la phase de sommeil profond, le taux de globules blancs est plus important. Par ailleurs, nos cellules se régénèrent, notamment dans le foie et dans la peau, durant la nuit. Ainsi, un dérèglement de notre rythme circadien augmente les risques d’obésité, de diabète et de certains cancers, sans compter les effets palpables sur notre humeur. La mélatonine permet de faire passer nos fonctions biologiques en mode nuit. Par ailleurs, elle possède un fort pouvoir antioxydant (supérieur à celui de la vitamine E) qui permet de détruire ou inhiber l’action de certains radicaux libres et autres facteurs du stress oxydatif, tout en favorisant certains processus de détoxification. Enfin, elle a également une action sur la pression artérielle et la protection des os.


Si la mélatonine n’a pas encore révélé tous ses secrets et offre de nombreuses pistes de recherches dans les traitements liés au dérèglement de notre horloge biologique. Pour le moment elle est conseillée pour un traitement à court terme, chez des personnes de 55 ans et plus, pour des insomnies temporaires. Toutefois, comme toutes hormones de substitution, elle n’est pas recommandée aux femmes allaitant (baisse de lait), aux enfants et aux adolescents (risques de réduire la production endogène), ni aux personnes souffrant de maladies inflammatoires ou auto-immunes (qu’elle favoriserait). Ainsi, la mélatonine est à utiliser avec des pincettes, dans un cadre bien précis définit par votre thérapeute. Il existe d’autres solutions pour mieux dormir, pour cela il suffit de vous rapprocher de votre naturopathe qui saura vous offrir une palette de conseils, avec ou sens mélatonine.


Guillemette Bourgoing, naturopathe et réflexologue




72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout