• Guillemette Bourgoing

L’eau : un joyau à préserver


Il est d’usage de dire que l’eau représente 60% à 70% du poids de notre corps. Ce qui est juste mais il serait plus exacte de dire que notre corps est composé à plus de 99 % de molécules d’eau et 0.5% d’ions sous formes de sels minéraux comme le magnésium, le sodium ou le potassium. Ainsi l’eau est omniprésente dans notre organisme, à l’intérieur de nos cellules (liquide intracellulaire pour les deux tiers), comme à l’extérieur (un quart est du liquide interstitiel qui entoure nos cellules). Le reste est dans notre sang (on évalue environ 5 litres d’eau pour un homme de 70 kilos). Ainsi l’eau n’est pas uniquement un vecteur pour éliminer les toxines produites et ingérées quotidiennement, elle est à l’origine de milliards de réactions biochimiques à l’origine du fonctionnement optimal de notre organisme. Aussi l’eau est indispensable à la vie, une eau pure, saine, et c’est là que les choses se compliquent. Même si nous ne connaissons pas encore de réels problèmes d’approvisionnement en eau, même si nous avons toujours de l’eau à portée de main, en abondance, la qualité des eaux que nous buvons n’est pas toujours des meilleures ce qui perturbe à long terme nos mécanismes biochimiques, avec les conséquences que nous connaissons. C’est alors en se posant la question du choix de la meilleure eau qu’il devient très compliqué de pouvoir y apporter une réponse entièrement satisfaisante.



Avant tout, il est clair que l’eau doit être la principale boisson au quotidien, à température ambiante de préférence, ou chaude pour une tisane ou un thé. Sodas, sirops et jus de fruits (même maison) doivent rester exceptionnels (comme l’alcool d’ailleurs). Ils ne comptent pas pour l’hydratation corporelle, voire ils participent à sa déshydratation (par exemple, pour une tasse de café, il faudra deux verres d’eau pour rétablir l’équilibre).


L’eau du robinet, malgré de réels efforts des stations d’épuration, contient du chlore (il nous arrive parfois de le sentir franchement). Ce chlore permet d’éliminer les bactéries qui, au siècle dernier, et encore dans certains pays, sont responsables de dysenterie, gastro-entérites et autres troubles plus ou moins graves. Mais il affecte également nos propres bactéries, notre microbiote dont la richesse et l’équilibre sont garants du bon fonctionnement de notre système immunitaire, nerveux et digestif bien sûr. A cela s’ajoute du sulfate d’alumine pour assainir l’eau (l’aluminium est neurotoxique) et ce que les stations d’épuration ne peuvent filtrer, comme les pesticides et résidus médicamenteux (pilules contraceptives, antibiotiques, anti-cancer, tous remèdes chimiques…). Les taux sont certes très faibles, mais l’effet cocktail de tous ces perturbateurs endocriniens n’est pas évalué (voir mon article : https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/les-perturbateurs-endocriniens ). Si ce n’est pas l’observation de poissons, dans certaines rivières, qui se féminisent.


L’eau en bouteille pose le problème crucial de l’usage du plastique qui n’est plus acceptable pour notre planète. D’autant plus que des substances toxiques peuvent migrer dans l’eau lorsque les bouteilles sont exposées à la chaleur (ne les laissez pas au soleil et encore moins dans la voiture). Certains magasins, comme Biocoop, proposent des bouteilles en verre consigné. Cette solution permet d’avoir accès à une eau de source qui ne contient pratiquement pas de toxiques dangereux (elles sont en général d’origine souterraine et protégées contre les risques de pollution) et qui répond aux mieux à nos besoins physiologiques.

Installer un système de filtration est investissement mais il permet d’avoir une eau d’excellente qualité (selon l’installation) et de faire l’économie sur l’achat de bouteilles (et donc c’est bon aussi pour l’environnement). Toutefois, faut-il encore avoir de la place pour l’installer et trouver le bon qui réponde à tous nos critères (filtration, osmose inverse, dynamisation…).

Afin, pour les petits budgets et pour limiter la casse, restent les carafes filtrantes (type Brita) qui éliminent le chlore. Elles ne suppriment pas tous les polluants toxiques et risques d’en relarguer certains si le filtre n’est pas régulièrement changé (filtre en plastique qui pose aussi un problème en matière de pollution).


Et n’oublions pas que les fruits et les légumes sont gorgés d’une eau riche en minéraux et vitamines ultra assimilables. Ils doivent donc faire partie de notre quotidien, entiers, sous forme de soupes l’hiver ou de jus (surtout de légumes comme le concombre, le fenouil, les carottes et betteraves). L’été melons, pèches et pastèques (moins sucrées) sont remplis d’eau (et sans pesticides s’ils sont bio !).


Notre organisme ne stocke pas l’eau et l’élimine journellement, que ce soit par les urines, la transpiration ou encore la respiration. C’est pourquoi il faut s’hydrater en continue, tout au long de la journée, pour compenser ses pertes. Une eau peu minéralisée permet d’hydrater, sans surcharger les reins, et d’éliminer toxiques et toxines de notre corps. Une eau minérale peut être utilisée ponctuellement pour répondre à des besoins spécifiques (après un effort physique intense, lorsque l’organisme a besoin rapidement d’être réhydraté et reminéralisé). Mais il est clair que la meilleure source de minéraux ne provient pas des eaux minérales, mais des fruits et des légumes qui les rendent mieux assimilables.


Notre organisme, normalement, envoie des signaux lorsque le besoin d’eau se fait sentir et la sensation de soif apparaît. Mais il arrive que certaines personnes ne perçoivent plus ces signaux. Soit parce qu’elles se sont habituées à ne plus les écouter, soit parce qu’elles les confondent avec la sensation de faim et mangent pour apaiser leur soif. Il s’agit alors de faire revenir ces signaux et d’apprendre à nouveau à les reconnaître car, comme nous l’avons vu, l’eau est cruciale pour notre organisme et mérite qu’on lui attache plus d’attention. C’est la raison pour laquelle l’eau est au centre de tous mes conseils naturopathiques, que ce soit l’eau de boisson ou par un usage externe, et il est important de se soucier un peu plus de sa qualité.


Guillemette Bourgoing, Naturopathe et Réflexologue.


PS : voici un lien qui réunit les différentes solutions de filtres pour l’eau :

http://www.lemieuxetre.ch/eau/eau_solutions_intro.htm#fontaines

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout