• Guillemette Bourgoing

Le Plasma marin : "la mer soigne tous les maux des hommes" (Euripide)

« L’eau de mer est l’origine de la vie » René Quinton (1866-1925)


Contrairement aux sols qui, avec un mode de culture intensif, se sont appauvris et présentent donc des carences en minéraux, l’eau de mer en demeure une excellente source. Il ne s’agit hélas pas d’aller puiser un verre d’eau de mer lors d’une virée à la plage. Trop de pêche, trop de marées noires, trop de pollutions, la rendent imbuvable. Le plasma marin est pompé dans les zones où il y a de la vie : des poissons, des plantes, des planctons. Grâce à l’action des phytoplactons qui métabolisent les minéraux, ces derniers deviennent biodisponibles pour le reste de la chaîne alimentaire, et donc pour notre organisme qui y retrouve tous les composants de notre plasma sanguin, hormis les globules rouges.


René Quinton est l’une de ces figures françaises érudites du début du XXème siècle, héro de guerre, écrivain, philosophe, précurseur de l’aviation et, pour ce qui nous intéresse, biologiste et physiologiste. Sa mort en 1925 a déplacé beaucoup de personnalités pour qu’il tombe, par la suite, dans un oubli presque général. Il a crée son premier laboratoire Quinton en 1905 et, en parallèle, a développé une théorie marine en précisant l’identité des liquides organiques et ceux de l’eau de mer isotonique. C’est ainsi qu’il a pu établir le protocole original de fabrication de son fameux plasma de Quinton©. Il l’utilisait alors, par injection, pour traiter les enfants atteints de choléra, malnutrition, coliques aiguës ou chroniques, mais également de retard de croissance ou de tuberculose. Il a été suivi par de nombreux médecins et des dispensaires marins ont été créés dans pratiquement toutes les villes de France, mais aussi à Boston, Londres, en Egypte, Suisse ou en Belgique. Reconnu par l’Académie de médecine jusque dans les années 70, le Plasma de Quinton a perdu son autorisation de mise sur le marché (AMM) en France et a disparu du Vidal en 1975 en tant que médicament injectable. Il est désormais un complément alimentaire qu’affectionnent particulièrement les naturopathes.


Le plasma marin, selon le protocole de Quinton, doit être pompé dans des eaux les plus pures possibles, à environs 30 mètres de profondeur. Pour cela, elles sont captées dans des zones bien précises où se trouve un tourbillon, ou vortex, provoqué par les croisements de courants marins, où prolifèrent tout particulièrement les phytoplanctons. En France, l’eau de mer est captée dans le golfe de Gascogne et au large de Saint-Malo. S’ensuit après une microfiltration à même le bateau, et une stérilisation à froid. En effet, elle ne se fait pas par chauffage pour éviter notamment de produire des radicaux libres, pro-oxydants pour l’organisme. Tout au long du processus, jusqu’à son conditionnement (en flacons, ampoules ou sprays), des analyses sont réalisées afin de vérifier que le plasma soit parfaitement exempt de polluants, métaux lourds, bactéries et maintenant microparticules de plastique. Il doit être parfaitement pur et sa composition quasi identique au plasma sanguin. L’eau de mer, dite « hypertonique » est plus chargée en sels (mais elle permet une rapide reminéralisation). Sa version « isotonique », dans laquelle de l’eau de source a été ajoutée, est elle, parfaitement identique à notre plasma sanguin.


Le plasma marin possède tous les minéraux recensés sur le tableau périodique de Mendeleïev, soit 92 ! Tous les minéraux connus sur Terre y sont présents, dans un parfait équilibre, sous forme de minéraux et d’oligoéléments, dans une proportion identique à notre liquide intracellulaire. Cela a son importance car chaque sels minéraux ou oligoéléments sont en interaction entre eux dans une parfaite synergie : par exemple le magnésium avec le calcium, le calcium avec le zinc, le fer avec le cuivre et le zinc… Ainsi, le plasma marin peut remédier aux carences, remonter les réserves minérales de l’organisme, sans le déséquilibrer. L’organisme ne prend que ce qui lui est nécessaire pour son fonctionnement optimal.


C’est la raison pour laquelle le plasma marin est tout à fait recommandé pour combler des carences nutritionnelles, augmenter la vitalité, régénérer l’organisme, rétablir l’équilibre acido-basique, détoxifier et tant d’autres bienfaits que les naturopathes cherchent à vous apporter avec leurs conseils.


Alors lancez-vous et n’hésitez pas à « changer l’eau de votre aquarium » comme disait René Quinton, cela est parfois nécessaire. Pour cela n’hésitez pas à demander conseil à votre naturopathe car il existe deux formes de plasma marin et des contre-indications de principe. Dans le Vidal, il n y en avait aucune, maintenant la formule « hypertonique », bien que sous forme ionisée et donc parfaitement assimilable, est déconseillée en cas d’hypertension, problèmes cardiaques, insuffisance rénales et allergie à l’iode. La version « isotonique » ne présente aucune contre-indication.


Guillemette Bourgoing Naturopathe et Réflexologue








41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout