• Guillemette Bourgoing

Holly, la fleur qui transforme la colère en amour

Dernière mise à jour : 5 févr.

Holly fait partie des 38 fleurs déclinées par le docteur Bach ((1886-1936) afin que chacune régule une émotion bien particulière, ou un état émotionnel, qu’il soit passager ou plus profond. Edward Bach part du principe que chaque émotion négative a son pendant en positif et que les fleurs sauvages qu’il a sélectionnées permettent d’évoluer vers ce potentiel positif. Holly est la fleur de la colère et de toutes ses nuances, à l’image de ses jolies billes rouges et des ses petites feuilles rigides et piquantes. Son pendant est la tolérance, la générosité, l’amour et la compassion pour l’autre mais également, et je dirais surtout, pour soi. Lorsqu’une forêt se reconstitue, ce sont les plantes piquantes, comme les ronces et donc également le houx, qui poussent en premier. Cela afin de protéger les jeunes pousses des futurs arbres et qu’elles puissent pousser à l’abri des prédateurs qui en sont friands. De même la colère a sa raison d’être. Mal gérée, et envahissante, elle peut avoir des conséquences sur la santé physique et/ou psychologique de chacun, alors que, au bout du compte, elle est aussi la manifestation d’un amour intrinsèquement mal évalué.



Edward Bach a débord eu un parcours classique en médecine pour se spécialiser par la suite en bactériologie puis en homéopathie. Observant que, pour une même maladie, ses patients ne réagissent pas de la même manière, il réalise combien les émotions sont importantes dans la genèse des maladies et dans leur évolution. Il s’attache donc à observer ses patients et définir progressivement 7 types de personnalités différentes, selon leurs attitudes, leur comportement, certaines manifestations physiques ou encore leurs expressions verbales. La colère, par exemple, fait parti du groupe dit de « l’hypersensibilité aux influences et idées », comme ceux qui cachent leur souci sous un masque de jovialité, ceux qui ne savent pas dire « non », ou encore ceux qui ont du mal à se protéger des influences extérieures pour prendre une décision. A partir de là, il décide de prendre ses distances par rapport à la médecine traditionnelle et retourne au contact de la nature afin de créer une nouvelle thérapie à base d’élixirs de fleurs sauvages, dans le but de réharmoniser les émotions. Il met alors au point 38 élixirs floraux, correspondant chacun à un état émotionnel, auquel s’ajoute, peut-être le plus connu, « Rescue remedy », qui est une synergie de plusieurs plantes, à utiliser en cas d’urgence, de choc ou de crise aiguë.


Holly (le Houx, Ilexaquifolium) apporte la tolérance, la bienveillance. Elle déverrouille les cœurs qui ont été endurcis tout au long de leur existence par les épreuves, les incompréhensions, les rejets. Elle permet de reconnaître notre côté sombre, de le comprendre et de ne lui laisser qu’une place infime pour laisser la place à une paix intérieure. Lorsque j’échange avec certains de mes consultants, ils ne reconnaissent pas forcément cette colère qu’ils ont en eux. Ils ne se sentent ni haineux, ni jaloux, pas plus qu’ils ne sentent agressifs, suspicieux ou rancuniers. Le profil même du type Holly est justement cet état émotionnel rentré, au plus profond de soi, qui peut remonter à l’enfance et en est d’autant plus destructeur. C’est en partant éventuellement d’un trouble physique, comme un symptôme lié au foie, une tension musculaire (mâchoires serrées, bruxisme, dos bloqué), en les écoutant (« je lui en veux », « il m’agace », « je m’énerve tout le temps », « il devrait être à ma place »), que je les vois réaliser progressivement, et reconnaître, cette émotion si bien enfouie. De peur de vivre, et sans doute de revivre, des situations où ils ne se sont pas sentis aimés, de se sentir trahis, ils sortent leurs piquants afin de tenir en respect toute personne susceptible de les blesser à nouveau. Ainsi nous ne sommes pas que dans cette rage brutale, explosive (yang) d’une colère aussi violente qu’éphémère, salvatrice. Le mal est bien plus profond, latent et autodestructeur.


Holly ramène à un amour sans contrepartie, sans attente de l’autre, sans besoin de reconnaissance. Elle ramène de la tolérance, en acceptant la personne en face telle qu’elle est, avec aussi sa part d’ombre, rendant ainsi la communication plus aisée. Elle permet d’accepter les blessures du passé, de poursuivre son chemin en s’en détachant. Elle permet de s’accepter, reconnaître nos imperfections et réaliser qu’elles font partie d’un tout sur lequel s’est forgée notre personnalité, notre vision du monde. Holly permet de ne plus se positionner en comparaison avec l’autre, sur ce qu’il devrait être, devrait faire ou avoir, pour se recentrer sur nos propres besoins. En s’acceptant ainsi, en faisant la paix en soi avec les autres, Holly (comme les autres fleurs de Bach) ramène une sérénité plus propice à la guérison ou/et au retour la santé.


Ainsi, les fleurs de Bach, ici à travers l’exemple de Holly et de la colère, sont des remèdes ‘incontournables dans mes conseils de naturopathe. Faciles d’utilisation, il est tentant d’y avoir recours seul. C’est pourtant à ce niveau qu’un conseil avisé est indispensable. Une simple auto-analyse peut conduire vers une mauvaise direction. Nous sommes structurés par une accumulation d’émotions diverses et complexes, les plus profondes étant les plus difficilement identifiables. De leur côté, les fleurs de Bach doivent être bien choisies afin de répondre au mieux à un besoin précis et identifié.

Par ailleurs, elles ne dispensent pas d’un travail, plus ou moins long, avec un psychologue ou autre thérapeute compétant.


Guillemette Bourgoing, Naturopathe et Réflexologue

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout