• Guillemette Bourgoing

Le sport sans effort

L’automne, en énergétique chinoise, est la période où le yang décline. Le yang, qui est l’énergie masculine, expansive, associée à la chaleur et à la lumière s’éclipse doucement au profit du yin. L’énergie du yin est féminine, elle apaise, appelle au repos, elle est associée à la fraîcheur, à l’eau et à la nuit. L’automne, comme le printemps, est une intersaison qui nous invite à suivre ce cycle. En nous y connectant nous respectons le rythme et les besoins fondamentaux de notre organisme, tant sur le plan physique que psychologique, émotionnel et spirituel. En effet, prendre soin de soi c’est se remettre en lien avec notre corps dans toute sa complexité. Une promenade en foret, du yoga, de la méditation, autant de pratiques qui nous permettent de nous entretenir en douceur en cette période où la nature nous invite à ralentir.





C'est le moment où notre organisme a besoin de se libérer de ses toxines. L’activité physique permet de garder nos organes en mouvement et améliore le drainage pour une douce et régulière détoxination. Pour préparer l’hiver, soutenir notre système immunitaire, l’idéal est de profiter encore des beaux jours de l’automne pour s’oxygéner à l’extérieur. En forêt, au bord de la mer, sur un chemin de campagne, en courant, promenant son chien, partir à la quête de quelques champignons ou autres trésors de la nature, les poumons se gonflent d’un air pur et de subtiles odeurs, ils se tonifient. La douceur de la lumière automnale apaise le mental et invite à la détente. L’énergie continue à circuler, vivifiante et apaisante.


L’automne est la période idéale pour tous ceux qui n’aiment pas le sport, pour qui le mot sport rime avec effort, fatigue, courbatures, contrainte, manque de temps. Il ne s’agit pas là de se lancer dans des courses effrénées, de chercher à se dépasser par une pratique intense du sport. Même si les journées se sont rafraîchies, redonnant un regain d’énergie, il importe d’entretenir cette énergie pour qu’elle perdure tout l’hiver et nous maintienne ainsi en forme malgré le froid et la baisse de lumière. Afin de ne pas céder à la morosité des jours qui s’amenuisent il est temps de sortir bottes et baskets et d’aller gambader à l’extérieur, respirer, profiter des odeurs d’humus et d’air marin, entendre les feuilles craquer sous vos pas et écouter les vagues s’écraser sur le sable ou les rochers. Profitez de l’automne pour nourrir, assouvir tous vos sens et vous offrir ainsi une cure de jouvence.




Car, en effet, les bénéfices d’une activité physique douce, sans efforts, sont nombreux. D’abord elle permet d’ouvrir les émonctoires si chers aux naturopathes. Les émonctoires sont les voies d’élimination de notre organisme. Ce sont les poumons, les reins, la peau, l’intestin et le foie. En augmentant la consommation d’oxygène elle améliore la circulation sanguine et renforce ainsi la système cardio-respiratoire et donc cardiovasculaire. La marche stimule les intestins en les massant et favorise un meilleur transit intestinal. Par une légère transpiration, les toxines sont libérées via les pores de la peau. Par ailleurs, en accroissant légèrement nos dépenses énergétiques, le poids corporel peut se maintenir tout en perdant de la masse graisseuse. La marche, comme un petit footing, permet de conserver un tonus musculaire et la souplesse des articulations, ainsi que la densité osseuses (les os ont besoin des petits chocs pour se régénérer). Et enfin, pour les personnes chez qui la baisse de luminosité est signe de morosité, une promenade en forêt permet de sécréter de l’endorphine et réduire la production de cortisol. Le stress ainsi que l’anxiété peuvent ainsi diminuer. Ce qui permet également un meilleur sommeil, renforcé par une fatigue saine et physique.


Il est en général recommandé d’avoir une activité physique de 30 minutes par jour. Ce n’est pas toujours facile à caler dans un emploi du temps souvent déjà bien chargé. Nous pourrions être tentés de les accumuler un jour dans la semaine, ce qui n’est pas l’idéal, surtout en cette saison. Il faut mieux les intégrer et les répartir dans notre quotidien : 15 minutes le matin, 15 minutes le soir (accompagner les enfants à l’école, sortir le chien, garer sa voiture un peu plus loin …), une belle promenade en famille le week-end, déambuler en solo sur les plages désertées, une petite foulée dans la forêt… Toute dépense supplémentaire, en plein air, seul ou accompagné, ne pourra qu’être bénéfique pour la santé. Mais si le temps vient vraiment à manquer, quelques exercices énergétiques peuvent très bien faire l’affaire aussi : s’accorder 5 minutes pour bien respirer (cohérence cardiaque, respiration en conscience), 10 minutes de relaxation ou méditation… C’est la régularité de ces moments que vous vous offrez, qui vous appartiennent, qui seront tout autant bénéfiques. Voici une manière simple de se ressourcer, qui cadre parfaitement dans une feuille de conseils de naturopathie.



Alors n’hésitez pas à m’envoyer de belles photos de promenades, en famille ou en solo, dans la garrigue ou en bord de mer, à la couleur de nos belles vignes rougeoyantes et de nos forets flamboyantes. Profitez, respirez, admirez…


Guillemette Bourgoing Naturopathe et Réflexologue


84 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout