• Guillemette Bourgoing

Le foie, d'Est en Ouest


Dans les traités de médecine chinoise, le printemps est associé au foie et à la vésicule biliaire. Mais le foie est envisagé alors au-delà de son unique aspect anatomique et physiologique. On parle plus de « l’énergie du foie » et de ses fonctions qui sont alors beaucoup plus vastes que notre point de vu occidental, mais tout à fait concordantes.

Par exemple, en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), le foie est en lien avec la colère. Or une personne bilieuse dans le langage courant est une personne acariâtre, coléreuse. Le foie est associé au printemps, or c’est à cette saison que la nature nous offre toutes les plantes indispensables pour soutenir, réparer, épurer le foie (notamment le pissenlit qui est un des premiers à sortir son éclatante tête jaune dès la fin des frimas). Selon la MTC, lorsque le foie dysfonctionne, il est responsable de nervosités, œdèmes, troubles oculaires, menstruels ou digestifs (…) autant de symptômes que l’on peut parfaitement expliquer à travers notre approche occidentale. Le foie assure environ 500 fonctions dans notre organisme. Il mérite ainsi d’être mieux connu car, localement très discret, il se manifeste surtout à distance, à travers de nombreux troubles plus ou moins désagréables.


Le foie est un des organes annexes de notre système digestif. Il est le plus volumineux de notre organisme puisqu’il mesure et pèse environ 28 centimètres de large (28x16x8cm) pour 2.5 kilogrammes (extrêmement vascularisé ce poids comprend environ 800 grammes de sang). Il filtre environ 100 litres de sang et 40 litres de lymphe par heure. Il se situe à droite, sous le diaphragme, presque entièrement protégé par la cage thoracique (de la 5ème à la 10ème côte) où il recouvre une partie de l’estomac. Sa température oscille entre 39 et 41°C, c’est la raison pour laquelle la chaleur, apportée par une bouillotte par exemple, est d’un bon soutien en cas de fatigue hépatique. Le foie est responsable de nombreuses fonctions régulatrices et métaboliques : synthèse des glucides (il transforme et stocke le glucose sous forme de glycogène, afin de le libérer ensuite en cas de baisse de taux de glucose dans le sang. Il permet ainsi de maintenir une glycémie entre 0.74 g/L et 1.06 g/L de sang), lipides et protéines (synthèse de 80% du cholestérol total), détoxification (dégradation des toxiques tels que les métaux lourds, médicaments, conservateurs, alcool… et les toxines endogènes produites au cours du métabolisme, ainsi que les hormones stéroïdes. Ces substances sont ensuite relarguées dans la circulation vers les reins ou éliminées dans la bile vers les intestins). Le foie produit également la bile qui intervient aussi dans la digestion des lipides et les émulsifiant. Il joue enfin un rôle important dans le système immunitaire (réserve des macrophages dans les cellules de Küpffer, inflammation), la régulation de la balance hormonale, le stockage de certaines vitamines (A, B et D), minéraux et du fer, le développement des facteurs de coagulation sanguine. Les principales pathologies du foie sont les stéatoses (alcooliques ou non alcooliques), cirrhoses, hépatites, cancers, hémochromatose, ascite ou maladie de Wilson.


Dans la Médecine Traditionnelle Chinoise, le foie est un organe yin (car il est interne et vital) mais sa fonction est yang car très active, chaude, qui a tendance à disperser l’énergie (le Qi) dans tout le corps, sans obstacles. On dit ainsi que le foie est « le Général de l’armée » car il organise toutes les grandes fonctions de l’organisme. A condition qu’il soit sain et soigné. S’il reste alors discret, il n’en n’est pas de même lorsque l’énergie du foie dysfonctionne, « est stoppée », et provoque alors de nombreux dysfonctionnements. Cela se traduit souvent par des sensations d’anxiété et de tensions internes qui s’expriment par à coups sous forme de perturbations émotionnelles (colères vives avec sensation de chaleur, le visage qui rougit) et des désordres digestifs (inconforts, nausées, maux d’estomac, diarrhées, ballonnements, goût amer dans la bouche, éructations, remontées acides…). L’énergie du foie va également vers l’extérieur, elle est dite expansive. Elle nous pousse à créer des liens, affirmer notre individualité et notre créativité. Mais, en cas de déséquilibre, et si son expansivité est contrariée, faute de pouvoir s’exprimer, elle va se retourner contre la personne elle-même et se transformer en colère rentrée, en ressentiment, frustration ou culpabilité, et peut mener à la dépression. Ses émotions réprimées se traduisent physiquement par les tensions musculaires, des maux de tête et insomnies (notamment entre 3 et 4 heures du matin).


En MTC, l’autre fonction principale du foie et de stocker et drainer le sang, de réguler le volume de sang dans l’organisme et donc de le nourrir selon ses besoins (notamment au niveau des muscles, tendons, ligaments, nerfs et des menstruations). Si le foie fonctionne insuffisamment, la personne se sentira fatiguée, surtout lors d’un effort physique, avec l’apparition de courbatures, crampes, tendinites tremblements et tétanie. Les règles chez la femme seront irrégulières, douloureuses, avec des difficultés pour concevoir. Filtre de l’organisme, il draine le sang avant que celui-ci passe par le cœur vers notamment le cerveau. S’il est surchargé de toxines, il peut laisser passer des déchets qui vont encrasser et polluer tout le corps. D’où l’importance de le nettoyer, le « détoxiquer », régulièrement. L’état de santé du foie peut aussi se mesurer par la qualité des ongles (qui ne doivent pas être rainurés, ni secs ni cassants), l’observation des yeux (bien humidifiés) et de la vision (nette). D’une manière plus subtile, le fait de se souvenir de ses rêves, ou de ses cauchemars, traduit un excès d’énergie au niveau du foie. Il en de même pour une sensibilité accrue au vent, avec maux de tête et raideur de la nuque.


Ainsi, médecine occidentale et médecine traditionnelle chinoise apportent un éclairage très large sur cet organe essentiel qu’est le foie. Il est à noter que le foie, comme nous l’avons vu plus haut est non seulement l’organe le plus volumineux de notre corps, mais il a également la capacité de s’auto-régénérer (les Grecs, dès l’Antiquité, l’avaient déjà observé comme en témoigne le mythe de Prométhée condamné par Zeus à se faire dévorer le foie quotidiennement par un aigle).


La naturopathie prend en compte ces deux approches. Pour ceux que je suis, vous n’êtes donc plus surpris des questions que je peux vous poser qui, je le reconnais, peuvent parfois paraître surprenantes. Mais vous comprenez également la raison pour laquelle j’insiste tant sur l’importance de nommer, définir, une émotion qui vous touche, pour mieux la gérer. Vous comprenez également pourquoi, suivant votre motif de consultation, je me concentre sur le fonctionnement de votre foie. Il s’agit alors de reconsidérer et rééquilibrer votre terrain dans une vision holistique.


Dernière petite remarque que je vous partage. Le foie, comme la foi, est présent dans toutes les religions. Il est « le siège de la puissance divine et de sa gloire » dans la Bible, il possède un «pouvoir de lumière » en Chine et l’Islam l’associe aux passions.

Il représente la foi en soi, la confiance en nos propres possibilités.


Guillemette Bourgoing, Naturopathe et Réflexologue



93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout