• Guillemette Bourgoing

La ménopause ou "le deuxième printemps"

Dernière mise à jour : 18 mars


En Occident, la ménopause est perçue comme une « épée de Damoclès » au-dessus des femmes à partir de la quarantaine. Un avenir peu réjouissant leur est prédit, qui, dans de nombreux cas, se révèle effectivement compliqué : bouffées de chaleur, sudation excessive, odeurs corporelles, prise de poids, troubles du sommeil et de l’humeur, fatigue, anxiété, déprime.



Toutefois, de nombreuses femmes échappent à une bonne partie de ces symptômes et passent cette transition sans réels désagréments. En Europe, 75% des femmes ont des bouffées de chaleur accompagnées de sueurs nocturne, ce qui signifie que 25% n’en n’ont pas. Le contraste est encore plus saisissant avec les Japonaises qui ne sont plus que 10% à souffrir des symptômes attribués à la ménopause. De même l’ostéoporose, les maladies cardiaques et les cancers du sein sont peu présents chez les femmes japonaises. On ne peut attribuer cette différence à des causes ethniques ou physiologiques, car celles qui ont adopté un mode de vie occidental sont à leur tour touchées par les symptômes liés à la ménopause.





En Asie, la ménopause est vue comme « un deuxième printemps ». Elle marque certes la fin de la fertilité, qui peut être vécue comme un véritable deuil pour certaines femmes, mais également l’abrogation d’une contraception parfois délétère ou de la peur de l’arrivé d’un petit dernier trop tardif. D’ailleurs, pour celles qui ont eu des enfants, l’âge de la ménopause correspond souvent à celui où les enfants quittent la maison, laissant un vide qu’il est difficile de combler si le couple en lui-même s’est déjà installés dans une routine. Alors que, à contrario, c’est le moment de retrouver une liberté de mouvements, plus d’attention, de gestes amoureux, une nouvelle complicité, avoir de nouveaux projets de couple. Peu importe la prise de poids, les frictions dues à une fatigue persistante, si, à côté de cela, le couple se montre uni et solidaire (n’oublions pas que les hommes connaissent également l’andropause qui est, certes, moins spectaculaire car moins brutale, mais bien présente avec ses nombreux symptômes : prostate volumineuses, réveils nocturnes, troubles érectiles, surcharge pondérale …).


Certes, la ménopause n’est pas un passage toujours facile à vivre mais elle peut-être l’occasion de réfléchir sur ce bouleversement, qui n’est pas que physiologique ou hormonal. Elle peut permettre de se recentrer sur ses véritables aspirations, sur ce qui est bon pour soi, de chercher ce qui permettra de retrouver, ou trouver, un équilibre, une harmonie parfois mise en veilleuse. La ménopause peut être aussi l’occasion d’un nouveau départ et il existe de nombreuses solutions naturelles pour accompagner certains désagréments, à commencer par la sécheresse vaginale due à la baisse d’œstrogènes. L’assèchement de la muqueuse peut entraîner des infections à répétitions, des démangeaisons, et surtout, de vives douleurs lors des relations sexuelles. Mais la ménopause marque l’arrêt de la fertilité chez la femme, certainement pas la fin de sa sexualité, et on peut très facilement y remédier par des gestes simples (notamment lors de la toilette intime, mais aussi dans le choix de ses sous-vêtements, en réhydratant localement la muqueuse et en utilisant un lubrifiant lors des rapports sexuels).



De simples réformes alimentaires, une activité physique appropriée, éviter le surpoids, apprendre à gérer son stress, retrouver un sens à sa vie, sont autant d’ajustements qui permettent aux femmes de vivre cette période, ce passage, le plus sereinement possible et voire même comme une occasion de se reconnecter à sa féminité, à son potentiel féminin. Il n’est plus question de se résigner à endurer les épreuves, mais, au contraire, il est temps de retrouver ce qui est bon, ce qui est juste, pour profiter pleinement des prochaines années à venir, pleines de promesses, comme un « deuxième printemps »


L’arrivée de la ménopause se prévoit, elle sera mieux vécue si le terrain a été préparé en amont. Alors que vous soyez en pleine tempête hormonale ou que vous la voyez pointer à l’horizon, je peux vous accompagner pour vivre au mieux ce passage parfois délicat.


N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si vous voulez partager votre expérience.


Guillemette Bourgoing Naturopathe et Réflexologue



74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout