top of page
  • Photo du rédacteurGuillemette Bourgoing

La naturopathie, au final, c'est quoi ?

Dernière mise à jour : 19 août 2023

Paradoxalement, la naturopathie a le vent en poupe depuis ces dernières années, suscitant de plus en plus d’engouement, et souffre parallèlement d’une mauvaise presse dont certains médias ce sont fait les porte-étendards. Certes, la naturopathie n’est pas réglementée en France (contrairement à des pays comme la Suisse et le Portugal) et donc aucun naturopathe ne peut se targuer d’un diplôme d’Etat, ce qui, bien sûr, laisse la porte ouverte à des naturopathes peu ou pas formés et donc de potentielles dérives (minoritaires mais bien visibles). Toutefois, il existe des écoles sérieuses, proposant des cursus professionnalisants, regroupées dans des fédérations (la FENA pour la plus anciennes, ou l’AFNAT) et des syndicats comme l’OMNES (Organisation de la Médecine naturelle et de l’Education Sanitaire), garants de la qualité de l’enseignement. A ce titre, les praticiens naturopathes issus de ces écoles ont bénéficié d’un enseignement d’au moins 1200 heures en présentiel, avec l’obligation de justifier d’une formation continue pour suivre les nouveautés, les évolutions et les mises à jours de leurs connaissances et de leur pratique. Véritables éducateurs de santé, ils sont engagés dans une éthique, avec un code de déontologie dont ils ne peuvent se soustraire.


La place de la naturopathie

Reconnue comme « médecine non conventionnelle » depuis 1997 par le Parlement européen et comme « 3ème médecine traditionnelle »par l’Organisation Mondiale de la santé après les médecines traditionnelles chinoise et ayurvédique, la naturopathie n’est ni une « médecine parallèle », ni une « médecine alternative » comme on peut parfois le voir écrire. Son action est uniquement d’utiliser des moyens naturels afin de conserver, potentialiser et restaurer le bien-être d’une personne autant sur le plan physique, mental, émotionnel et dans son environnement. Le rôle du naturopathe, dans une démarche préventive ou de complément, est de soutenir et renforcer le capital santé d’une personne par un accompagnement dans son hygiène de vie, son alimentation ou la gestion du stress. En aucun cas il n’est question qu’il « soigne au naturel » ni qu’il se substitue au médecin traitant d’un individu. Il est toujours dans une démarche complémentaire à la médecine conventionnelle et ne demandera jamais d’arrêter un traitement médical.


Les piliers de la naturopathie

La phytologies est un des outils de la naturopathie mais il est réducteurs de la cloisonner au seul fait de « guérir avec les plantes ». Dans ce cas il s’agit plus d’un détournement de la médecine conventionnelle, avec une « médecine verte », qui ne correspond pas du tout aux principes fondamentaux de la naturopathie. En revanche, le naturopathe peut effectivement utiliser des plantes, des compléments alimentaires, pour intervenir sur un axe précis, en attendant que tous les autres conseils proposés en amont se mettent en place et produisent leurs effets.

Les trois véritables piliers de la naturopathie sont la nutrition, l’activité physique et la gestion du stress et des émotions. Ce sont les incontournables et sont les premiers conseils sur lesquels le naturopathe s’appuie et reviendra tout au long de ses consultations (voir mon article https://www.naturopathe-aix-pertuis.com/post/la-boite-à-outils-de-la-naturopathie ). Par ailleurs, il peut s’aider d’autres outils que sont l’hydrologie (usage de l’eau), l’actinologie (usage des rayons lumineux), la magnétologie (usage des champs magnétiques), la pneumologie (techniques respiratoires), la chirologie (techniques manuelles) et les techniques réflexes, dont la réflexologie. La naturopathie dispose donc d’une large palette d’outils, tous naturels bien sûr, dans laquelle le naturopathe pioche en fonction des besoins et des motifs de la personne qui vient le consulter. Ses conseils ne sont jamais stéréotypés, il n’existe pas de « fiche technique » pour tel ou tel cas, chaque conseil est individualisé en fonction de la personne, de ses aspirations, de ses limites, de ses priorités, de ce qu’elle peut mettre en œuvre dans le respect de ses capacités. C’est tout ce qui fait l’art du naturopathe, au-delà de toutes connaissances, soient-elles encyclopédiques.




Pour quelle raison peut-on consulter un naturopathe ?

Se faire accompagner par un naturopathe peut répondre à moult objectifs. La raison première, qui est au cœur de la naturopathie, est en une démarche préventive et proactive. Véritable éducateur de santé, le naturopathe apporte des conseils afin d’améliorer son hygiène de vie, revenir à une alimentation saine et donne des clés pour aborder le plus sereinement possibles les aléas de la vie afin de préserver une bonne vitalité, le plus longtemps possible. Mais, fréquemment, les consultations en naturopathie répondent à des motifs précis à une période de vie : désir d’enfant, accompagner les premiers âges de la vie, remonter la vitalité d’une personne en cas de baisse d’énergie, aider à gérer le stress ou les troubles du sommeil, accompagner lors des gros bouleversements que sont l’adolescence et la ménopause, soutenir la personne vieillissante ou qui désir perdre du poids. Et enfin, très souvent, les consultations en naturopathie viennent en complément de la médecine classique, pour aider les malades à mieux supporter leur pathologie, leurs traitements, et récupérer lors de leur convalescence. Dans ce dernier cas le naturopathe ne se substitue pas au médecin, bien au contraire, il œuvre de concert avec le médecin traitant de la personne. De même, si un naturopathe a un doute sur une situation médicale d’une personne, il doit le réorienter vers un médecin, voire aux urgences. Les pathologies et symptômes sont pour le naturopathe des indications sur la vitalité et le fonctionnement de l’organisme, il ne les traite pas directement, cela est de l’ordre de la médecine. En revanche il cherche les raisons, les causes de ces symptômes qui marquent un déséquilibre, et c’est sur ce dernier qu’il va s’efforcer d’agir, conseiller et informer son consultant.



La consultation en naturopathie

La consultation chez un naturopathe dure entre une heure et deux heures (la première consultation est en général la plus longue). C’est le temps qui lui est nécessaire pour interroger tous les aspects de la vie de la personne qui vient le consulter, glaner toutes les informations nécessaires pour qu’il puisse réaliser en premier lieu un bilan naturopathique ou bilan de vitalité. Il prend le temps d’identifier le ou les motifs de consultations et les priorise. Il questionne la personne sur ses antécédents médicaux, les traitements et suivis médicaux, paramédicaux, en automédication éventuellement, en cours ou réguliers. Il interroge sur les antécédents familiaux et les événements de vie qui ont marqué la personne. Il évalue la qualité du sommeil, le niveau de stress, l’état émonctoriel (capacités d’éliminations des déchets de l’organisme). S’assure du fonctionnement des grands systèmes physiologiques : cardiovasculaire, endocrinien, nerveux, ostéoarticulaires, uro-génital… Il identifie la consommation de tabac, d’alcool et de drogue). S’intéresse aux loisirs et activités physique, et bien sûr réalise un bilan alimentaire. Enfin, il complète son questionnaire par un bilan iridologique et morphologique. Ces informations permettent, entre autres, de déterminer le niveau de vitalité de la personne et la qualité de son alimentation, de son hygiène de vie, de sa capacité d’élimination et la présence éventuelle de troubles émotionnels.

A l’issu de l’entretien, le naturopathe peut alors proposer un programme d’hygiène de vie qui est propre à la personne, parfaitement unique, individualisé et expliqué, qui est négocié et validé par la personne venue le consulter.


De même qu’un naturopathe donne des conseils individualisés et personnalisés, chaque naturopathe certifié répond d’une formation ayant un tronc commun avec toutes les grandes écoles de naturopathie, mais apporte aussi sa propre expertise, sa propre sensibilité, les compétences qu’il a valorisées. Chaque naturopathe est unique, charge au consultant d’adopter celui qui répond au mieux à ses propres attentes. C’est alors qu’une réelle relation de confiance peut s’établir, pour le bien-être ou le mieux-être de la personne venue le consulter, et cela sur le long terme. La naturopathe devient alors un référent pour tous les événements qui peuvent affecter la qualité de vie et provoquer une baisse de vitalité, que ce soit de manière saisonnière, des passages de vie ou des épreuves dues à la maladie.


Pour ma part, j’ai suivi et été certifiée par une des trois plus grandes écoles de naturopathie de France, Aesculape, je suis affiliée à la FENA et à l’AFNAT, et également membre de l’OMNES. Je fais donc un carton plein ! Je consacre une journée par semaine à poursuivre ma formation professionnelle continue, et je peux regrouper ces journées en stages de perfectionnement ou en séminaires. Bref, avec le temps, et les belles rencontres avec les personnes qui m’ont fait confiance, ma pratique de la naturopathie s’enrichie au quotidien, pour mon plus grand bonheur !



Guillemette Bourgoing Naturopathe et Réflexologue Villelaure, Pertuis et Aix-en-Provence


PS : si cet article vous a plu, n'hésitez pas à liker, commenter, partager ou prendre rendez-vous


Posts récents

Voir tout
bottom of page